Acheter un filtre d’eau de pluie filtre

Après l’installation d’un récupérateur d’eau, l’achat d’un filtre est indispensable si vous voulez assainir l’eau. En effet, l’eau de pluie peut contenir des bactéries, des virus, des particules, des débris, de la poussière, etc., suite à son passage au toit. Mais quel type de filtre choisir ? Combien prévoir pour l’achat ?

Filtre à sédiments, filtre à cartouches ou filtre à charbon actif ?

Le filtre à sédiments est nécessaire pour arrêter les différentes particules. Pour une filtration plus fine, choisissez un modèle de 50 µm combiné. L’avantage de ce type de filtre est qu’il est lavable, ce qui vous évitera de le changer à tout moment.

Contrairement, le filtre à cartouche doit être changé au moins tous les ans. Mais avec le 25 à 5 µm vous pourrez d’obtenir une meilleure filtration. En tout cas, il a la même action sur les particules que le filtre à sédiments.

Quant au filtre à charbon, il est souvent employé en complément du filtre à cartouche. Il a pour objectif de supprimer les résidus et la coloration et d’ôter les mauvaises odeurs de l’eau. Il est très efficace et est moins coûteux. Avec 30 euros, vous pourrez en acquérir sur le marché. C’est d’ailleurs la solution la plus prisée par les particuliers.

Microfiltration ou ultrafiltration ?

La microfiltration est destinée aux ménages qui n’emploient qu’un faible débit d’eau de pluie. Elle a une forte action sur les bactéries. Toutefois, l’association avec un filtre cartouche de 5 µm est incontournable pour assurer une meilleure efficacité. En moyenne, on obtient 1 litre d’eau par heure grâce à son utilisation.

L’ultrafiltration se distingue du filtre eau de pluie classique par le fait qu’elle est capable de neutraliser également les virus, à part les bactéries. Cependant, la grande différence se situe au niveau débit : on peut gagner jusqu’à 300 litres par heure.

Leur principal inconvénient est qu’elles sont toutes les deux chères, entre 200 et 300 euros, et qu’il faudrait les changer en moyenne tous les 3 mois.

Osmose inverse ou lampe à UV ?

Après la récupération eau de pluie, l’osmose inverse permet d’éliminer les sels minéraux présents dans l’eau. Cette option n’est pas vraiment très économique, car pour avoir 1 litre, il va consommer 3 litres d’eau de rinçage. De même, le débit est assez faible, au maximum 10 litres par heure. Or, l’eau obtenue est irréprochable. Néanmoins, un entretien régulier tous les deux ans est à prévoir. C’est d’ailleurs le plus grand frein de l’achat de ce filtre qui est également assez onéreux (avec un prix d’acquisition de 400 euros en général).

Et enfin, la lampe à UV est surtout réservée aux professionnels désirant stériliser l’eau de pluie pour un usage plus fin : elle a un effet germicide, fongicide et bactéricide. Or, la lampe est à changer tous les ans et le pack coûte environ 500 euros.